Marie Pierre

Ma rencontre avec le old english bulldog


Il y a maintenant 10 ans que j'acquis mon premier old Spyke. La rencontre avec cette race a été comme une évidence, j'aimais le bulldog anglais, mais les problèmes de santé qui leur sont attribués m'empêchait de sauter le pas, je venais de perdre mon dogue de Bordeaux à l'aube de ses 8 ans, et je ne me sentais pas capable de subir à nouveau cette épreuve douloureuse.

me suis décidée à prendre une femelle Alaska 2 Ans après sont nés 11 petits olds dont Cheyenne que j'ai gardé et au fil des années la race se dégrade, ils sont plus petits plus typés et forcément les problèmes de santé de l'anglais y sont de plus en plus présents et leur espérance de vie a réduit.

Il y a 10 ans, les couleurs n'étaient pas autorisées et le bleu a pointé le bout de son nez ensuite est venu le lilac et depuis quelques années le merle a envahit la race tant et si bien que pour trouver un mâle qui n'est pas issus du merle, c'est La Croix et la bannière sachant qu'il est interdit par les clubs de faire du double merle au risque de faire des chiots sourds ou aveugles ou voir les deux.

Donc notre but est de redonner au old la santé qu'il doit avoir, pouvoir saillir seul , une mise-bas naturelle, courir , sauter sans risquer une luxation de la rotule ou s'abîmer les ligaments

Voilà les objectifs qui me tiennent à cœur et qui j'espère pourront vous convaincre de nous aider à redonner l'aspect originel de nos olds english bulldog.

Marie pierre Mounier